À propos

Je suis professeur de finances publiques à l'École nationale d'administration publique. Mes travaux portent sur la taxation, le financement de l'enseignement supérieur et les mathématiques appliquées.

J’ai grandi à l’île d’Orléans, une île toute proche de la ville de Québec. J’ai fait mes études collégiales au CÉGEP François-Xavier-Garneau en sciences de la nature. J’ai fait un baccalauréat en mathématiques, informatique et économique à l’Université Laval.

Mon premier cycle universitaire fut marqué d’une pause de quatre années, où je fus à temps plein dans les associations étudiantes. C’est pendant ces années que je pris contact avec la politique, mais aussi avec les sciences sociales. Étant d’abord éduqué comme mathématicien, je fus attiré par la théorie économique.

J’ai fait ma maîtrise en économie à l’UQÀM sous la direction du Professeur Nicolas Marceau. Ma thèse portait sur le prix des études et la fréquentation universitaire. J’ai terminé premier de ma cohorte.

J’ai ensuite fait un doctorat en économie à l’Université Queen’s sous la supervision de Professeur James Bergin. J’ai fait une thèse portant sur l’économie des réseaux et sur les politiques de financement des universités. J’ai développé d’autres travaux théoriques sur la taxation avec Professeur Jean-Denis Garon (UQÀM) et Professeur Louis Perrault (Georgia State University). Tous les deux sont diplômés de Queen’s.

Suite à mon doctorat, j’ai fait un post-doctorat à l’Institut pour la nouvelle pensée économique (INET), une organisation qui est notamment affiliée à l’Université Columbia (New York) et l’Université de Cambridge (Cambridge). J’ai aussi travaillé pour le gouvernement fédéral comme chercheur. J’y ai découvert les défis à travailler sur de vraies politiques, parfois bien loin des considérations de la théorie économique. J'y ai gagné quatre prix, notamment pour en design de politique publique et comme « innovateur de l'année ».

Pendant mon passage au gouvernement fédéral, j'enseignais à l'Université du Québec en Outaouais. J'enseignais principalement l'économie publique et la recherche opérationelle, des mathématiques d'optimisation qui sont appliquées aux affaires.

C’est ma connaissance du milieu ministériel et ma formation en économique qui m’aura amené à devenir professeur de finances publiques à l’École nationale d’administration publique (ÉNAP). L’ÉNAP est une petite université de cycles supérieurs qui est membre de l’Université du Québec. Elle a pour ambition de former les fonctionnaires de demain. Je travaille autant en milieu académique qu’en milieu privé et gouvernemental. Pour l’université, je fais de l’enseignement et de la recherche en économie publique et en méthodes quantitatives. Je travaille aussi à des réformes concrètes de politiques publiques pour différents organismes publics et gouvernementaux.

Il m’arrive aussi de commenter l’actualité politique et économique dans les médias. Récemment, j’ai surtout été appelé à commenter la taxation des biens intangibles (la « taxe Netflix »).

Français